Cyrtandroïdeae

Primary tabs

Cyrtandroïdeae

Roots

Racines habituellement filamenteuses, tubercules souterrains très peu communs.

Habitat & Ecology

Les Gesneriaceae tropicales sont essentiellement des plantes de forêt, beaucoup étant capables de résister à des intensités lumineuses faibles. Dans les régions subtropicales nord, tempérées chaudes, elles tendent à être montagnardes souvent sous forme de plantes en rosette, avec une grande capacité de résistance à la sécheresse en dehors de la période de croissance.

Description

Racines habituellement filamenteuses, tubercules souterrains très peu communs. Plantules montrant un certain degré d'anisocotylie après germination. Herbes acaules ou caulescentes, ou plantes grimpantes, ou plus rarement arbustes, parfois épiphytes. Feuilles simples, opposèes (rarement alternes), celles d'une paire égales ou plus souvent inégales; plantes parfois unifoliées et feuille à l'origine cotylédonaire.
Inflorescences habituellement en cymes axillaires pédonculées, les fleurs à chaque dichotomie étant par paires et s'ouvrant par séries, souvent modifiées par ramification monochasiale;
parfois formant une panicule terminale thyrsoïde; occasionnellement très regroupées et subcapitées, ou cymes uniflores à chaque dichotomie; très rarement racèmes.
Fleurs ⚥, habituellement protandres, zygomorphes, souvent grandes et voyantes, occasionnellement cleistogames, avec une corolla réduite. Calice ordinairement divisé à la base en 5 segments, parfois cupulaire ou tubuleux et 5-lobés, ou 3 lobes supérieurs unis et les 2 inférieurs libres. Corolle gamopétale avec tube distinct, proportion tubelobes variable, avec l'un des composants prédominant;
occasionnellement régulière, habituellement nettement zygomorphe et bilabiée; lobes imbriqués, la paire adaxiale normalement interne dans le bouton.
Étamines rarement 5, normalement 2 ou 4;
se détachant du tube de la corolle; filets variés, mais souvent épaissis et tordus au milieu pour amener les anthères face à face, parfois dent apicale ou crête; anthères libres à variablement connées, avec 2 thèques, s'ouvrant longitudinalement (apparemment transversalement quand thèques largement divergentes), quelquefois jamais séparées et pollen s'échappant par un pore apical entre les anthères.
Disque annulaire ou cupulaire ou courtement cylindrique, souvent lobulé ou ondulé, rarement unilatéral et oblique; parfois rudimentaire. Ovaire supère, subglobuleux à ovoïde ou ordinairement cylindrique;
normalement uniloculaire avec 2 placentas pariétaux bilamellés, ou biloculaire par une soudure centrale, au moins dans la partie inférieure de l'ovaire, rarement biloculaire avec une placentation axile; ovules nombreux, tous portés sur les placentas lamellaires ou, spécialement dans les ovaires allongés, rassemblés à leurs marges.
Fruit sec et déhiscent, ou plus ou moins charnu et indéhiscent;
parfois à parois plutôt minces et se cassant irrégulièrement; capsules loculicides ou septicides, parfois se tordant en spirale au cours du développement et déhiscentes par des brèches, quand la spirale se détend en séchant, ou circumscissiles.
Graines nombreuses, petites, plus ou moins ellipsoïdes;
parfois (spécialement chez les épiphytes) avec des appendices ou des poils à chaque extrémité; albumen absent ou très mince.

Taxonomy

Les limites des deux sous-familles ont été traitées par BURTT (in Notes Roy. Bot. Gard. Edinb.24205-2201963) et sont maintenues ici. La sous-famille des Cyrtandroïdeae comprend environ 70 genres et 1200 espèces; elle est limitée à l'ancien monde, sauf pour la présence de Rhyncoglossum Bl. (inclus Klugia SCHLECHTD.) en Amérique Centrale. Les Cyrtandroideae ont 4 tribus: Klugieae K. FRITSCH (incl. Loxonieae B.L. BURTT), Didymocarpeae ENDL., Trichosporeae K. FRITSCH et Cyrtandreae; les trois dernières étant de très proches alliées.

Parmi les genres africains, Epithema appartient aux Klugieae, les autres aux Didymocarpeae.