Aningueria

Primary tabs

Aningueria

Description

Grands arbres. Feuilles simples, alternes, non stipulées, criblées de points translucides.
Fleurs fasciculées à l'aisselle des feuilles. rarement présence de fleurs femelles sans étamines développées. Fleurs hermaphrodites; Corolle urcéolée à 5 lobes subquadrangulaires ciliés. Sépales 5, imbriqués. Étamines 5, épipétales, insérées dans la partie supérieure du tube de la corolle, mais en dessous des staminodes. Anthères surmontées d'un apicule garni d'une petite touffe de poils. Staminodes 5, linéaires, ciliés, plus courts, ou parfois aussi longs que les lobes, insérés à la commissure de ceux-ci. Ovaire hérissé de longs poils, terminé par un style prismatique, 5-lobé au sommet. Loges 5, uniovulées.
Fruit ellipsoïde à une seule graine. Graine ellipsoïde, à cicatrice ventrale très large, occupant près de la moitié de la surface de la graine.

Morphology

Ce genre a de nombreux caractères qui lui confèrent une individualité marquée parmi les Sapotacées africaines. Les feuilles déjà sont typiques, par leurs nervures secondaires tracées jusqu'à une nervure marginale. Le limbe est criblé de nombreux points translucides. Ces caractères sont communs avec le genre monotypique Malacantha. Les fleurs séparent les deux genres. Les étamines de Malacantha sont introrses, celles d' Aningueria extrorses ou au plus à déhiscence latérale. Ces dernières ont une forme lancéolée, apiculée, avec la pointe terminée par une minuscule touffe de poils, parfois peu discernable. L'absence de staminodes chez Malacantha s'oppose aux staminodes subulés ou linéaires, finement ciliés, parfois aussi longs que les lobes de la corolle. Chez les Aningueria les filets des étamines sont insérés un peu en dessous de la commissure des lobes.

Taxonomy

Au Gabon est présente un seul Aningueria; c'est un grand arbre dont A. Chevalier avait fait une espèce, A. gabonense. Nous n'avons retenu aucune différence spécifique avec l'espèce type A. altissima de la Guinée et de la Côte d'Ivoire. Il y a des variations dans la longueur des staminodes selon les spécimens étudiés, mais il est peu probable qu'elles soient spécifiques.

Aningueria altissima est très largement répandu depuis le Fouta Djalon en Guinée Française, jusqu'au Gabon, et dans la région de Bangui sur l'Oubangui. En Côte d'Ivoire cette espèce est considérée comme caractéristique des forêts denses humides semi-décidues les plus septentrionales. Sa présence dans les lisières de la grande forêt camerounaise et dans la région de Bangui semble confirmer l'existence d'une aire très étendue longitudi-nalement sur la périphérie nord de la forêt guinéo-congolaise. Sa présence au Gabon, à Libreville et à Tchibanga, apparaît excentrique par rapport à l'aire principale.

Au Mayombé se trouve une autre espèce voisine, l' Aningueria superba (Verm.) A. Chev., botaniquement plus proche encore de l' Aningueria robusta (A. Chev.) Aubr. et Pellegr. de là Côte d'Ivoire.

Dans l'Oubangui, A. Chev. a décrit une autre espèce A. Pierrei (A. Chev.) Aubr. et Pellegr. que nous considérons plutôt comme une simple variété de l' A. altissima. Les feuilles demeurent légèrement pubescentes en dessous.

A. altissima var. Pierrei Aubr. et Pellegr. = Aningueria Pierrei (A. Chev.) Aubr. et Pellegr.

Cette variété, signalée depuis Bangui jusque dans l'Est du territoire, vers Yalinga, croît dans des galeries forestières.

A Bangui, une macération de l'écorce est considérée comme galactogène. Le bois grisâtre, demi dur, est de bonne qualité.

Dans les montagnes de l'Afrique orientale, on a signalé une autre espèce Aningueria Adolfi-Frederici (Engl.) qui s'élève à de hautes altitudes.