Marantaceae

Primary tabs

Marantaceae

Description

Herbes pérennes à rhizomes, tiges simples ou ramifiées, parfois très courtes, chez d'autres genres bambusiformes, et portant une ou plusieurs feuilles alternes, distiques. Pétiole engainant à la base, puis cylindrique, de longueur variable et prenant avant d'arriver au limbe un aspect et une structure anatomique différente (callus). Limbe ovale ou elliptique, plus ou moins allongé, parfois de grande taille, à nervation pennée oblique et dense. Les deux moitiés de la feuille, par rapport à la nervure médiane sont plus ou moins assymétriques , avec l'un des bords en courbe convexe et l'autre moins arqué ou droit. Toutes les feuilles, sur une même plante, peuvent avoir le bord droit et le bord courbe respectivement toujours du même côté de la nervure médiane (feuilles homotropes), soit avec une disposition inverse d'une feuille à l'autre (feuilles antitropes). Inflorescences complexes, en racèmes ou en grappes de cymes biflores dépourvues de leur fleur terminale. Rachis articulé portant à chaque noeud une bractée abaxiale à l'intérieur de laquelle se trouvent une ou plusieurs cymes biflores disposées en faucille, chacune, le plus souvent, portée par une spathe-bractée adaxiale. Bractées abaxiales vraies des cymes parfois présentes. Chaque cyme comporte un pédoncule commun terminé par deux fleurs plus ou moins inégalement pédicellées et munies ou non d'une bractéole charnue à la base du pédicelle; il y a parfois une seule bractéole pour les deux fleurs. Fleurs zygo-morphes , hermaphrodites, de type 3. Sépales libres, égaux; corolle soudée en tube à la base, puis se séparant en trois lobes. Théoriquement six étamines en deux cycles, mais avec toujours au moins une étamine manquante au cycle externe. L'androcée forme un ensemble complexe, tubulaire à la base, en grande partie pétaloïde : cycle externe constitué par o, 1 ou 2 staminodes pétaloïdes, larges ou subulés; cycle interne de 3 pièces, 2 entièrement staminodiales, l'une en forme de capuchon, parfois appen-diculée, l'autre calleuse, épaisse, la troisième mi-staminodiale mi-fertile , portant une anthère. Style épais, courbe, enfermé d'abord dans le slaminode en capuchon, puis libre. Ovaire infère, triloculaire, avec un ovule basilaire par loge. Fruit capsulaire ou bacciforme; graines souvent arillées à embryon courbe.A
A. Koechlin, J. 1964: Flore du Gabon, 9 Scitaminales: Musagèes, Strélitziacées, Zingibéragées, Gannagées, Marantagées. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES D'OUTRE-MER PROFESSEUR AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Taxonomy

La distinction des différents genres et espèces de Marantaceae n'est pas toujours aisée, surtout si l'on ne dispose pas d'échantillons complets comportant en particulier des fruits. D'une espèce, et même d'un genre à l'autre, les feuilles sont en effet souvent fort semblables et de plus, à l'intérieur d'une même espèce, très variables par la taille. Les fleurs, très fragiles, sont difficilement utilisables pour étude sur matériel d'herbier et ne présentent d'ailleurs pas toujours de caractères distinctifs génériques ou spécifiques bien nets.

Dans les descriptions et pour l'établissement des clefs nous avons donc fait appel, autant que possible, à des caractères végétatifs qui permettent de faire des distinctions valables même lorsque l'on ne dispose que d'un matériel incomplet . Des observations complémentaires faites in vivo et concernant en particulier le port de ces plantes et leur mode de ramification seraient cependant très nécessaires.B
B. Koechlin, J. 1964: Flore du Gabon, 9 Scitaminales: Musagèes, Strélitziacées, Zingibéragées, Gannagées, Marantagées. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES D'OUTRE-MER PROFESSEUR AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Distribution (General)

De telles forêts ont été signalées en tout cas au Cameroun et au Congo (Niari et surtout, plus au Nord, entre Liouesso et la Mambili où elles occupent des superficies considérables). Leur existence est très probable au Gabon où, en outre, les Marantaceae sont toujours présentes dans les sous-bois sur terre ferme. Elles abondent aussi dans les endroits marécageux ainsi que dans les recrus secondaires.C
C. Koechlin, J. 1964: Flore du Gabon, 9 Scitaminales: Musagèes, Strélitziacées, Zingibéragées, Gannagées, Marantagées. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES D'OUTRE-MER PROFESSEUR AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Uses

Les feuilles à larges limbes et à longs pétioles ainsi que les tiges souples des Marantaceae ont de nombreux usages: les tiges fournissent des liens très résistants, ou sont utilisées en vannerie; l'écorce des pétioles, découpée en lanières permet la confection de nattes. Les plus grandes feuilles, principalement celles des Megaphrynium, servent à la confection de toitures et de cloisons d'habitations, ainsi qu'à l'emballage de denrées alimentaires: viande, poisson, noix de cola et surtout pains de manioc.D
D. Koechlin, J. 1964: Flore du Gabon, 9 Scitaminales: Musagèes, Strélitziacées, Zingibéragées, Gannagées, Marantagées. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES D'OUTRE-MER PROFESSEUR AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Notes

(12 genres, 32 espèces)E
E. Koechlin, J. 1964: Flore du Gabon, 9 Scitaminales: Musagèes, Strélitziacées, Zingibéragées, Gannagées, Marantagées. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES D'OUTRE-MER PROFESSEUR AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE