Piptostigma

Primary tabs

Piptostigma

Description

Arbustes ou petit arbres à indument de poils simples. Feuilles subsessiles à pétiole très court; nombreuses nervures latérales, obliques ascendantes, se terminant contre la marge; nervilles régnlièrement parallèles. Inflorescences le plus souvent caulinaires ou sur les rameaux défeuillés, du type rhipidie, fasciculées, en grappes simples ou composées, plus ou moins allongées, ou fleurs fasciculées à solitaires sur les rameaux. Fleurs ⚥, pédicellées; sépales 3, valvaires, petits. Pétales 6, en deux cycles valvaires, les externes beaucoup plus courts que les internes, semblables aux sépales, les internes grands, lancéolés à linéaires, concaves à la base. Étamines nombreuses, en plusieurs verticilles, oblongues-cunéiformes, thèques oblongues, extrorses, connectifs dilatés et tronqués au-dessus des anthères, filet très courts. Carpelles 3- 14, ovaires ovoïdes-oblongs, velus, stigmates sessiles, capités, agglutinés en une masse globuleuse ± lobulée. Ovules 6-20, bisériés. Fruits à méricarpes sessiles, libres, indéhiscents, ellipsoïdes-oblongs. Graines ± nombreuses, sur deux rangs, ellipsoïdes.A
A. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Taxonomy

Les Piptostigma forment un genre très homogène et plusieurs espèces très affines forment particulièrement difficiles à séparer sur du matériel d'herbier: les inflorescences les plus longues sont souvent mal représentées et dans une même espèce paraissent très variables (position, longueur, densités des fleurs); les sépales et les pétales, fréquemment utilisés pour la séparation des espèces, offrent aussi de notables variations; il est très probable, que même après l'anthèse, les uns et les autres s'allongent considérablement. Une étude biologique sur le terrain pourrait amener à certains regroupements difficiles à opérer sur du matériel sec.

C'est le seul genre africain dont les pétales externes sont sépaloïdes, plus courts que les pétales internes, appurtenant à la tribu des Miliuseae au sens d'Hutchinson. Les étamines nombreuses ne correspondent pas à la définition de celles de cette tribu comme la définit Sinclair (Sinclair Gardens' Bull. Singapore 14 175, 178 (1955)), le connectif est en effet élargi-tronqué et masque le sommet des anthères.B
B. Sinclair 1955: – Gardens' Bull. Singapore 14: 175, 178

Distribution (General)

Genre comprenant une douzaine d'espèces d'Afrique tropicale avec le Cameroun pour centre de dispersion.C
C. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE