Uvariastrum

Primary tabs

Uvariastrum

Description

Arbres ou arbustes, glabres ou à indument de poils simples. Nervures latérales réunies en arceaux assez loin de la marge. Fleurs ⚥ solitaires ou fasciculées, axillaires, extra-axillaires ou caulinaires. Sépales 3, valvaires, recouvrant entièrement les pétales dans le bouton, à marges repliées vers l'extérieur, formant trois arêtes ± ailées. Pétales 6, en deux verticilles, valvaires, les externes un peu plus grands que les internes. Étamines très nombreuses, oblongues, filets courts, thèques linéaires extrorses, connectifs élargis-aplatis au-dessus des anthères. Carpelles 3-16, libres, cylindriques; stigmates sessiles, bilobés, à marges involutées, ± verruqueux-lobulés. Ovules nombreux, bisériés. Réceptacle tronconique. Fruits à pédicelle épais; méricarpes très courtement stipités, obovoïdes à cylindriques. Graines nombreuses, bisériées, ± imbriquées, horizontales.A
A. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Taxonomy

Petit genre d'Afrique tropicale comprenant 7 (9) espèces, remarquable par ses boutons floraux, trigones, à arêtes ± ailées. Seul Engler classe les Uvariastrum parmi les Uvarieae en donnant la préférence aux caractères du fruit sur la préfloraison valvaire des pétales. Nous nous accordons avec les auteurs suivants en le classant parmi les Unoneae.

Uvariastrum hexaloboides (R. E. Fries) R. E. Fries, espèce du Congo-Kinshasa et de la Rhodésie, nous paraît alors une espèce douteuse dans le genre, avec ses pétales internes imbriqués et ses carpelles très nombreux. En effet, le caractère des sépales valvaires, à bords repliés vers l'extérieur dans le bouton, n'est pas le fait unique du genre Uvariastrum. On le retrouve chez certains Uvaria dont les deux verticilles de pétales sont parfaitement imbriqués. Il faut noter aussi que tous les Uvaria ne possèdent pas de poils étoilés. Le genre Uvariastrum étant essentiellement caractérisé, outre la préfloraison de ses sépales, par la préfloraison valvaire des pétales, nous pensons que l'espèce hexaloboides serait mieux classée parmi les Uvaria.

Une autre espèce d'Angola, U. modestum Diels nous semble douteuse, en raison de sa pubescence étoilée et du nombre des carpelles.B
B. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Distribution (General)

Nous estimons donc comme plus probable le nombre de 7 espèces en Afrique,C
C. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE