Euadenia alimensis

Primary tabs

Euadenia alimensis

Description

Foliole médiane symétrique, atteignant 21 x 10 cm chez les feuilles inférieures, obovée à oblancéolée, aiguë à courtement cuspide, base atténuée et rétrécie en pétiolule;
folioles latérales un peu plus petites, asymétriques, moitié externe lancéolée ou ovée, moitié interne oblancéolée ou ovée; limbe à base aiguë assez brusquement rétrécie en un pétiolule, sommet souvent acuminé et courtement caudé.
Jeunes rameaux vert pâle ou brun-rougeâtre, vaguement cannelés longitudinalement. Axe inflorescentiel légèrement anguleux, rigidement dressé, glabre;
apex parfois stérile, muni de feuilles rudimentaires, mais à croissance limitée.
Étamines fertiles 4, subégales, inclinées;
filets longs de 1,7-1,9 cm, un peu plus larges que le gynophore, blanchâtres, à base élargie; anthères oblongues de 4 mm, basifixes, tôt caduques; appendice staminodial linéaire, formé de (3-) 4-6 éléments, entier ou bifurqué près du sommet, plan ou canaliculé, 0,9-1,2 cm x 0,5 mm, caduc; rudiments d'anthère (3-) 4-6, ovés oblongs de 0,5 mm subsessiles, tôt caducs.
Folioles olive mat, plus pâles dessous, parfois teintées de rougeâtre, papyracées, généralement plus grandes et plus élancées que celles de E. trifoliata;
la médiane et les latérales sont à peu près également stipitées.
Nervure médiane saillante dessous, déprimée dessus, vert-jaunâtre pâle;
nervures latérales 5-6 (-9), peu incurvées et terminées par une boucle d'anastomose près de la marge; nervilles lâchement réticulées, visibles dessous, très peu marquées dessus.
Pétiolules égaux ou presque, longs de 2-7 mm, non articulés à la base. Petit buisson atteignant 2 m, peu ramifié, décidu ou sempervirent (au Gabon). Stipules très peu visibles longues tout au plus de 0,5 mm, subulées membraneuses, tôt flétries.
Rameaux âgés cylindriques, brun-cannelle mat, se fissurant longitudinalement avec l'âge, bois blanchâtre, moelle étroite;
lenticelles peu nombreuses, allongées, grises; bourgeons axillaires solitaires souvent situés à 2-4 mm au-dessus de l'aisselle, demeurant habituellement en dormance.
Feuilles, 3-foliolées et longuement pétiolées, parfois simples et courtement pétiolées, réparties presque régulièrement le long de chaque rameau, persistantes sur quelques rameaux assez âgés. Gynophore grêle, long de 1,0-1,5 mm à l'anthèse, devenant ligneux et large de 2 mm à la fructification. Pétioles minces pouvant atteindre une longueur de 24 cm chez les feuilles inférieures, de plus en plus courts vers le sommet du rameau, longs de 1,5-4 cm près de l'inflorescence, généralement égaux à la foliole médiane, rigides, à section légèrement anguleuse, vaguement canaliculés dessus, vert-jaunâtre luisant et souvant rougeâtres vers la base qui est large et habituellement comprimée latéralement, faiblement articulée, non décurrente, laissant une cicatrice grise légèrement déprimée;
feuilles simples courtement pétiolées ou subsessiles.
Inflorescence en racème lâche, 10-40-flore, long de 10-20 cm en fin de floraison, largeur atteignant 15 cm à la base, en position terminale sur les rameaux principaux ou les pousses subterminales, ou encore courtes pousses florifères provenant des bourgeons dormants subterminaux sur les rameaux âgés. Bractées florales simples;
les inférieures étroitement oblancéolées, longueur maximale 1,5 cm; les supérieures étroitement lancéolées, longueur maximale 1,3 cm, très courtement stipitées, tombant le plus souvent bien avant l'anthèse; stipules libres, persistantes, très réduites.
Pédicelles grêles longs d'environ 4 cm à l'anthèse, légèrement anguleux, devenant ligneux pendants et larges de 3-5 mm à la fructification. Sépales 4, vert pâle, membraneux, tardivement caducs, nervure médiane visible, nervures latérales souvent 2 et faiblement marquées;
sépale supérieur 1,2-1,5 x 0,2 (-0,4) cm; sépale inférieur 0,8-1,0 x 0,15 (-0,3) cm; sépales latéraux égaux de taille intermédiaire.
Pétales 4, vert jaunâtre pâle à jaune soufre, souvent jaunes à l'état sec;
pétale supérieur oblancéolé, atteignant 6,0-6,8 x 0,9-1,5 cm, aigu, sans mucron, penninerve; veines nettes souvent rougeâtres; limbe rétréci à partir du 1/4 inférieur en un onglet linéaire; pétale inférieur réduit et étroit, 1,2-3,3 x 0,1-0,25 cm étroitement lancéolé ou elliptique, acuminé, rétréci en un court onglet linéaire.
Ovules nombreux sur 2 placentas pariétaux.
Ovaire étroitement cylindrique, 4-5 x 0,5-0,75 mm, glabre, aigu ou atténué à la base, obtus au sommet, uni-parfois biloculaire avec l'âge;
stigmate sessile, vaguement bilobé, tronqué, très petit.
Fruit long et mince, linéaire, pendant, atteignant 40 x 1 cm, atténué aux 2 bouts;
parois du fruit densément rayées de gris, épaisses de 1-2 mm, la partie externe grisâtre, la partie interne blanche et molle, formant une fausse pulpe autour des graines très nombreuses unisériées.
Graines subsphériques à allongées-arrondies vues de côté, un peu comprimées latéralement, souvent dilatées en section, longues de 9-11 mm, hautes de 6-9 mm;
fente du hile courte et étroite sans élaïosome; testa brun cannelle foncé, épaisse et coriace, lisse ou pelliculeuse; cotylédons très développés et charnu, extrémité arrondie et épaisse, celle de la radicule courte et pointue.

Morphology

La taille des pétales supérieurs est variable dans cette espèce. Pleinement développés, ils dépassent en longueur ceux de E. trifoliolata et sont nettement plus larges que ceux des espèces affines. La longueur de l'appendice staminodial est aussi variable. Cette variation apparente résulte, semble-t-il, de l'isolement géographique de populations relativement faibles.

Distribution

Africa: Congo present; Gabon present; Zaire present, Cameroun present present, Libreville present, Ouganda present
Il n'existe que très peu de récoltes du Gabon des environs de Libreville et de la Haute Ngounié. Le matériel de KLAINE date de 1898-1916 tandis que celui de WALKER date de 1930: il n'y a pas de récoltes modernes. Il est improbable que cette espèce ait pu échapper à l'attention des botanistes étant donné ses fleurs singulières et plutôt attractives. Il doit donc être assez rare au Gabon. Euadenia alimensis est un représentant du sous-bois de la forêt ombrophile; on le rencontre dans les éclaircies et sur les berges des cours d'eau. On l'a parfois trouvé dans des plantations (Cameroun). On ne sait si ce type d'habitat est commun au Gabon. La floraison a été constatée de décembre à avril; des fruits ont été récoltés en juillet. Cette espèce est répartie un peu plus au Sud comparativement à E. trifoliolata. On l'a notée au Zaïre, au Congo, en Ouganda ainsi qu'au Gabon et au Cameroun.

Citation

T. & H. DURAND 1909: p. 33. – In: Syll. Fl. Congo
DE WILD. & T. DURAND 1900: – Ann. Mus. Congo, Bot. 1: 3
DE WILD 1922: – Pl. Bequaert. 1: 210
GILG & BENEDICT 1915: – Bot. Jahrb. 53: 172
KEAY 1954: – Flora of West Tropical Africa 1: 93
PAX & HOFFMANN 1936: – Nat. Pflanzenfam. 17b: 169
T. & H. DURAND 1909: p. 33. – In: Syll. Fl. Congo
PAX & HOFFMANN 1936: – Nat. Pflanzenfam. 17b: 171
>PAX & HOFFMANN, 1936: – Nat. Pflanzenfam. 17b: 171
-empty team- 1908: – Ann. Mus. Congo, Bot. 2: 251
-empty team- 1906: – Ann. Mus. Congo, Bot. 1: 244
HAUM. & WILCZ. 1951: – Fl. Congo 2: 481
KERS 1987: – Flore du Cameroun 29: 74-77
DE WILD. & T. DURAND 1901: – Ann. Mus. Congo, Bot. 1: 10