Pachira

Primary tabs

Pachira

Description

Arbres ou arbustes , décidus ou sempervirents, inermes ou parfois spinescents; tronc avec ou sans contreforts. Feuilles pétiolées, stipulées; 3-11 folioles articulées, sessiles ou pétiolulées, entières. Fleurs solitaires ou fasciculées par 2-3, axillaires ou subterminales, rarement inflorescences cymeuses pauciflores. Pédicelles à 3 bractéoles tôt caduques. Boutons floraux linéaires, droits parfois ± arqués. Fleurs ☿ actinomorphes, de grande taille longues de 15-35 cm. Réceptacle le plus souvent glandulaire. Calice cupuliforme-campanulé à subtubuliforme, tronqué à ondulé, pubescent à pubérulent sur les deux faces. Corolle à 5 pétales rubanés, enroulés en tube autour de la colonne staminale, caducs après l'anthèse, charnus, pubescents sur les deux faces. Étamines 200-700, en deux verticilles, phalanges glabres. Gynécée à style filiforme, ± pubescent. Capsule ligneuse. Graines diversement nombreuses et de taille variable.A
A. JEAN-F. VILLIERS 1973: FLORE DU GABON, 22 CÉLASTRACEES, PANDACEES, BOMBACACEES, CANNABACEES, BIXACEES, AVICENNIACEES. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE PROFESSEUR AU MUSÉUM MEMBRE DE L'INSTITUT ET JEAN-F. LEROY PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM

Taxonomy

Les genres Pachira Aubl. et Bombacopsis Pittier restent distincts dans l'important travail consacré au genre Bombax (sens. lat.) par A. ROBYNS. Cependant il nous semble difficile de maintenir séparés deux taxons ne différant que par des caractères peu importants ou peu visibles dans la majorité des cas. Les critères séparateurs sont:
  • La taille des fleurs: celles des Pachira ont une longueur variant de 15 à 25,5 cm, tandis que chez Bombacopsis, elles peuvent atteindre une longueur de 35 cm.
  • La germination: chez Pachira les cotylédons sont au niveau du sol, tandis que chez Bombacopsis, ils sont nettement au-dessus de la terre.
  • Le pollen: malgré quelques différences, les pollens des deux genres demeurent très ressemblants.

Tous les autres caractères génériques sont identiques dans les deux cas. Il nous semble donc logique d'admettre la synonymie entre ces deux genres et de conserver, conformément au Code de la nomenclature, le genre Pachira.B
B. JEAN-F. VILLIERS 1973: FLORE DU GABON, 22 CÉLASTRACEES, PANDACEES, BOMBACACEES, CANNABACEES, BIXACEES, AVICENNIACEES. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE PROFESSEUR AU MUSÉUM MEMBRE DE L'INSTITUT ET JEAN-F. LEROY PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM

Distribution (General)

Ce genre néotropical pour l'essentiel, est représenté en Afrique par des espèces introduites, dont 3 pour le Gabon.C
C. JEAN-F. VILLIERS 1973: FLORE DU GABON, 22 CÉLASTRACEES, PANDACEES, BOMBACACEES, CANNABACEES, BIXACEES, AVICENNIACEES. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE PROFESSEUR AU MUSÉUM MEMBRE DE L'INSTITUT ET JEAN-F. LEROY PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM