Hyparrhenia

Primary tabs

Hyparrhenia

Ecology

Ce sont pour la plupart de grandes,ou de très grandes herbes dont l'importance est considérable en zone guinéenne. Sauf dans les sols très sableux, ce sont elles en effet qui constituent le plus souvent la presque totalité du tapis herbacé, avec dans chaque cas une seule espèce largement dominante.

Beaucoup d'entre-elles ont ainsi une signification écologique précise:
  • H. dissoluta: terrains sableux.
  • H. Welwitschii: alluvions, terrains frais, mais relativement légers.
  • H. cyanescens: alluvions, terrains frais, argileux.
  • H. rufa: espèce assez exigeante, demande des sols profonds, frais, assez argileux et bien pourvus en matière organique.
  • H. diplandra: amplitude écologique plus large; exige cependant des sols profonds, assez argileux, ou, si sableux, bien pourvus en matière organique.
  • H. lecomtei: sols secs, peu profonds, caillouteux ou latéritiques
  • H. chrysargyrea: au Gabon et au Congo ne se rencontre que sur les zones d'affleurement de roches calcaires. Il indique d'assez grandes teneurs en éléments minéraux, calcium en particulier.
  • H. familiaris et H. filipendula: jachères, ou savanes, sols plutôt légers.

Description

Articles du racème et pédicelles filiformes. Lemma de la fleur inférieure hyaline, à deux nervures, ciliée, celle de la fleur supérieure étroite, avec une marge hyaline, bidentée, prolongée dans le sinus par une arête genouillée, plus ou moins pubescente. Épillets fertiles aplatis dorsalement, à bords arrondis;
glume inférieure tronquée ou biden-tée, parfois légèrement déprimée sur le dos.
Herbes généralement cespiteuses;
inflorescences en grandes panicules composées.
Glume supérieure naviculaire, carénée vers le haut, à 3 nervures. Épillets pédicelles aigus, généralement plus longs que les épillets sessiles. Épillets par paires, différents par la forme et le sexe, ou homogames dans la ou les paires inférieures. Fleur inférieure réduite à une glumelle, la supérieure hermaphrodite dans les épillets sessiles des paires hétérogames, mâle ou neutre ailleurs. Lemmas des deux fleurs bien développées. Paléa nulle ou réduite à une petite écaille hyaline. Deux lodicules petites, glabres, 3 étamines.

Taxonomy

Le genre Hyparrhenia se reconnaît à ses racemes aristés géminés et soutenus par des spathéoles, et aux marges enroulées de la glume inférieure de l'épillet sessile; ceci le distingue des Andropogon, dont certaines espèces, A. pseudapricus par exemple, ont une allure générale très comparable.

Distribution

Africa: Gabon present
Le genre compte plus de 60 espèces, surtout africaines, dont une douzaine au Gabon.

Uses

La plupart de ces espèces sont susceptibles de fournir un pâturage convenable, à condition qu'elles soient exploitées jeunes; Hyparrhenia familiaris, H. rufa et H. diplandra sont les meilleures.