Uvariodendron

Primary tabs

Uvariodendron

Description

Petits arbres ou arbustes à indument de poils simples. Feuilles généralement grandes, le plus souvent obovées, à nombreuses nervures latérales. Fleurs ⚥ axillaires ou caulinaires, sur les jeunes rameaux, sur les rameaux défeuillés ou sur le tronc, solitaires ou fasciculées, en général subsessiles ou brièvement pédicellées. Bractées nombreuses, jusqu'à 7, distiques, larges, concaves, la supérieure étant la plus grande et sépaloïde, souvent déhiscentes irrégulièrement, enveloppant ± le bouton (sauf chez U. occidentalis où le pédicelle ne porte qu'une seule petite bractée à sa partie inférieure). Sépales 3, valvaires et le plus souvent soudés à la base, ou imbriqués, recouvrant à la base. Pétales 6, en deux séries valvaires, libres, coriaces, subégaux, les externes contigus de la base au sommet, les internes contigus seulement au sommet, laissant apparaître les étamines à la base. Réceptacle discoïde, aplati-déprimé au centre. Étamines très nombreuses, serrées les unes contre les autres en une masse compacte, sessiles ou subsessiles, linéaires, à thèques extrorses, connectifs arrondis et tronqués en tête de clou. Carpelles nombreux, à ovaires oblongs, styles courts, stigmates tronqués, souvent involutés. Ovules 4-18, bisériés. Fruits assez courtement pédicellés; méricarpes sessiles ou courtement stipités, ovoïdes ou cylindriques. Graines bisériées, aplaties, réniformes.A
A. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Taxonomy

Genre très voisin des Polyceratocarpus dont il se différencie essentiellement par le cycle des pétales internes connivents seulement au sommet, les nombreuses bractées distiques, le réceptacle discoïde et les carpelles plus nombreux.

La classification de R. E. Fries est en partie fondée sur la position des fleurs, axillaires sur les rameaux ou caulinaires sur le tronc. Nous avons pu examiner plusieurs espèces sur le terrain et nous avons constaté que sur un même individu, les fleurs occupaient indifféremment ces deux positions à la fois. C'est donc un caractère qui ne permet pas de séparer les espèces dans le genre Uvariodendron, ce qui nous a amené à regrouper certains taxons.

La présence dans ce genre de sépales ± imbriqués et valvaires tend à prouver que parmi les Unoneae, les Uvariodendron appartiendraient à un chainon encore relativement primitif, formant un passage avec les Uvarieae.B
B. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Distribution (General)

Le genre Uvariodendron comprend une dizaine d'espèces, toutes d'Afrique tropicale, avec comme centre de dispersion le Cameroun; deux espèces sont nettement occidentales, deux autres sont uniquement orientales.C
C. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE