Balanites wilsoniana

Primary tabs

Balanites wilsoniana

Description

Fût (au moins pour les jeunes arbres) et branches parsemés de fortes épines simples ou bifurquées supra-axillaires atteignant au total jusqu'à 10 cm de longueur;
les épines bifurquées sont en général formées d'une portion droite perpendiculaire à la tige ou au rameau, longue de 2 à 3 cm, épaisse parfois de 1 cm, bifurquée ensuite en 2 épines coniques, écartées de 1200, longues de 2 à 5 cm.
Rameaux florifères en général non épineux. Les très jeunes tiges (diam. inférieur à 5 cm) ont un port dressé mais sarmenteux et leurs épines peuvent être trifurquées. Ces très jeunes tiges proviennent fréquemment de « drageons » nés sur des racines superficielles d'arbres voisins;
elles forment parfois des fourrés épineux impénétrables autour de grands arbres sur leur déclin.
Rhytidome jaunâtre à gris-verdâtre, assez lisse avec de grosses lenticelles subéreuses fendues verticalement;
écorce relativement peu épaisse (0,5 à 1 cm pour les gros arbres), cassante, à couche externe granuleuse jaune-orangé et couche interne mince spongieuse et blanche, odorante ainsi que le bois; celui-ci tendre, blanc, remarquablement maillé.
Fût élancé mesurant jusqu'à 30 et 40 m hauteur, tordu et « vissé », formé de profondes cannelures anastomosées remontant parfois jusqu'aux branches, supportant une cime aplatie ou subhémisphérique. Un tel port de fût est assez exceptionnel et ne se retrouve guère que chez quelques autres espèces: Hexalohus crispiflorus (Annonacées), Gilletiodendron kisantuense (Caesalpiniacées), Ochthocosmus sessiliflorus (Ixonanthacées), Odyendyea gabonensis (Simaroubacées) et diverses Sapotacées: Breviea sericea, Donella pentagonocarpa, Pachystela msolo.). Arbre difforme atteignant jusqu'à 50 m de hauteur et 2 m de largeur à la base. Rameaux finement pubescents puis glabres. Feuilles alternes à 1 paire de folioles;
pétiole, pubescent puis glabre, long de 1 à 2,5 cm, finement canaliculé; folioles à pétiolule de 3 à 15 mm de longueur, canaliculé, à limbe ovale à elliptique, inequilateral, de 3-12 X 2-8 cm, à base asymétrique subaiguë ou arrondie, à sommet brusquement acuminé, glabre, ± coriace, garni de 5 à 8 paires de nervures latérales peu marquées.
Inflorescences axillaires en fascicules, petites ombelles ou pseudoracèmes brièvement pédoncules (2-18 mm). Fleurs jaunâtre-verdâtre, à pédicelle grisâtre, pubérulent, long de 8 à 16 mm, hermaphrodites, pentamères;
sépales imbriqués, oblongs, de 4-5 X 1,5 mm, concaves, très finement pubescents extérieurement, hirsutes intérieurement, caducs; pétales valvaires, elliptiques-oblongs de 8 X 2 mm, glabres extérieurement, densément hirsutes intérieurement; 10 étamines à filets longs de 4 mm env.; disque épais, charnu, finement pubescent, entourant l'ovaire; ovaire subglobuleux, pubérulent, à 5 loges avec 1 ovule pendant par loge, surmonté d'un style peu allongé terminé par un stigmate non différencié.
Drupes, avec disque ± apparent, jaunes à maturité, ovoïdes a ellipsoïdes, longues de 5 à 12 cm et larges de 4 à 7 cm;
épicarpe à surface chagrinée, mésocarpe pulpeux-fibreux, résineux, fortement odorant, endocarpe osseux ou crustacé formant un noyau fusiforme, à section pentagonale, renfermant 1 seule graine dépourvue d'endosperme oléagineuse, à embryon droit et cotylédons plan-convexes.

Taxonomy

Deux espèces du Mozambique: Balanites maughamii Sprague (Kew Bull.: 136 et pl., 1913) avec de petits fruits et B. dawei Sprague (loc. cit.: 137 et pl.), inerme et avec fruits sub cylindriques, paraissent extrêmement voisins de B. wilsoniana.

Common Name

Abône (Fang) d'après Fleury.

Citation

-empty team- 1931: – Pflanzenf. 19a: 182
Chevalier 1911: – Bull. S. B. Fr. Mém. 58: 145
Mildbraed 1910: – Wissensch. Ergebn. Deutsch. Zentral Afr. Exped. 1907-1908 2: 422: et t. 47
Sprague 1913: p. 136. – In: Kew Bull.
Engler 1915: p. 743. – In: Pflanzenwelt Afr.
Keay 1960: – Nigerian trees I: 247
Van Tieghem 1906: – Ann. Se. nat. 4: 223-260
Kennedy 1936: p. 152. – In: For. fl. Southern Nigeria
Exell 1927: – Journ. Bot. 65: 55
Aubréville 1959: – F.F.C.I. 2: 128: et pl. 174
Exell et Mendonça 1951: – Consp. fl. angol. 1: 282
Aubréville 1936: – F.F.C.I. 2: 99: et pl. 166
Keay 1958: – F.W.T.A. 1: 363