Uvariopsis

Primary tabs

Uvariopsis

Description

Arbustes ou petits arbres monoïques (ou dioïques), à indumenta de poils simples. Fleurs unisexuées, solitaires ou fasciculées, axillaires sur les rameaux feuillés ou défeuillés, ou caulinaires à la base du tronc, les ♀ plus grandes et plus longuement pédicellées, souvent insérées en dessous des fleurs ♂. Calice bilobé, à deux sépales opposés et ± soudés. Pétales 4 ou 3, égaux, valvaires, libres ou ± longuement soudés. Étamines très nombreuses, sessiles, oblongues, thèques linéaires extrorses, connectifs non prolongés audessus des anthères. Carpelles nombreux cylindriques ou ± prismatiques, ovaires pubescents, stigmates sessiles à bords enroulés vers l'intérieur. Réceptacle conique ou cylindrique. Ovules nombreux, bisériés. Fruits pédicellés; méricarpes cylindriques ou ellipsoïdes, lisses ou ornés de côtes, parfois étranglés entre les graines, subsessiles ou courtement stipités. Graines bisériées, transversales.A
A. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Taxonomy

Genre de 9 espèces d'Afrique tropicale, constituant un groupe naturel bien que certains caractères aient paru suffisants pour décrire initialement 3 genres distincts: soudure des pétales, cauliflorie, dioecie, nombre des pétales. Avec un matériel plus abondant et un examen parfois plus minutieux, les deux premiers de ces caractères ont montré des degrés de variation tels qu'ils ont dû être abandonnés pour la séparation des genres Uvariopsis et Tetrastemma. La réduction du nombre des pétales à 3 dans le genre Thonnera, seul caractère distinctif des Uvariopsis, a été jugée, avec juste raison par Fries, comme insuffisante pour conserver ce genre. Quant à la dioecie, elle se révèle comme finalement très rare dans le genre Uvariopsis, puisque plusieurs espèces, considérées et décrites initialement comme dioïques (U. dioicum (Diels) Rob. et Ghesq., U. Bakerianum (Hutch. et Dalz.) Rob. et Ghesq. ont été reconnues comme monoïques. Seul U. sessiliflora (Mildbr. et Diels) Rob. et Ghesq., peut être encore classé comme dioïque, mais avec un certain doute, puisque cette espèce n'est connue que par une seule récolte, ne comportant que des fleurs ♀ et des fruits. Les fleurs ♀ étant très souvent insérées en dessous des fleurs ♂, il est possible que de nombreuses récoltes, incomplètes, aient induit les auteurs en erreur.B
B. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Distribution (General)

Afrique tropicaleC
C. Annick LE THOMAS 1969: FLORE DU GABON, 16 ANNONACEAE. – PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON ET SOUS LA DIRECTION DE A. AUBRÉVILLE MEMBRE DE L'INSTITUT PROFESSEUR HONORAIRE AU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE