Sterculiaceae

Primary tabs

Sterculiaceae

Description

Chaque loge pollinique ou thèque, comporte deux sacs polliniques. Les graines de taille très variable, sont solitaires ou nombreuses dans les loges. Le connectif est saillant chez Nesogordonia.
Le gynécée est toujours supère, sessile (Byttnériées, Waltheria, Nesogordonia) porté sur un androgynophore court (ex. certains Cola), ou long (Triplochiton). Les Sterculiacées gabonaises sont essentiellement des arbres ou des arbustes. Les plus grandes espèces sont, d'une part le Triplochiton scleroxylon (Obéché ou Samba), les Pterygota, le Tarrietia densiflora (Ogoué), les Sterculia (Ezelfou) et l'Eribroma oblonga (Nzong), dont les bois sont tendres, d'autre part les Nesogordonia (Kotibé, Aborbora) à bois très dur. Une seule espèce est une liane (Byttneria grossedenticulata; il existe aussi une herbe plus moins ou ligneuse (Waltheria indica). Il y a toujours des stipules, souvent petites et caduques; elles sont persistantes chez Cola rostrata, très développées chez Chlamydocola lastoursvillensis.
De nombreux organes végétatifs ou floraux des Sterculiacées, sont habituellement vêtus de poils stellés. Ces poils sont modifiés en écailles étoilées-peltées chez les Tarrietia et certains Cola (C. hypochrysea, C. lepidota). Les poils sont longs et barbelés chez certains Cola (dans le sous-genre Ficicola); ils sont simples sous le limbe du (Chlamydocola lastoursvillensis). La pubescence, souvent abondante sur les extrémités et les jeunes feuilles, est généralement fugace.
Les feuilles alternes, rarement subverticillées sont habituellement simples; elles sont composées-digitées chez les Chlamydocola et les Cola du sous-genre Cheirocola. Les pétioles sont variables, soit toujours très courts ou courts (Cola mayimbensis, Scaphopetalum, Waltheria), soit très inégaux sur une même plante (Cola acuminata, C. flavovelutina, C. hispida), soit tous très longs (Cola ficifolia, Chlamydocola).
Le limbe est le plus souvent entier; il est parfois palmati-lobé chez Tarrietia, et chez les Cola des sous-genres Neocourtenia et Ficicola; la feuille du Triplochiton rappelle celle des Érables. Le limbe est pinnati-lobé chez Cola argentea et Cola digitata. La marge du limbe est denticulée chez Waltheria.
Nervation variable le plus souvent pennée; il y a deux nervures latérales basilaires chez divers Cola (dans le sous-genre Cola s. s.), ainsi que chez Leptonychia, Scaphopetalum et Byttneria. Il y a plusieurs grosses nervures basilaires palmées chez Sterculia, Pterygota et Cola lateritia.
Les inflorescences sont le plus souvent axillaires et multi-flores. Les bractéoles, souvent petites, sont grandes et enveloppantes chez Sterculia et Chlamydocola. 2-15 carpelles unisériés libres (ex. Pterygota), adhérents entre eux chez Cola et Sterculia; un carpelle unique chez Waltheria; jusqu'à une trentaine de carpelles sur 2 (3) rangs chez Octolobus. Les pédicelles floraux, tantôt grands, tantôt courts, sont articulés à un niveau variable, sauf chez Cola altissima où il n'y a pas d'articulation. La fleur est toujours actinomorphe, unixesuée par avortement chez les Sterculiées, habituellement hermaphrodite dans les autres sous-familles.
Le calice comporte (3) 5 (8) lobes valvaires dans le bouton; ils sont par exception soudés entre eux chez Scaphopetalum blackii. La base des lobes est parfois soudée en tube (Sterculia, Chlamydocola, Cola, Octolobus, Waltheria); les lobes sont parfois pétaloïdes (cas de certains Cola); leurs marges sont habituellement pubéru-lentes, parfois ornées d'un ourlet interne plus ou moins développé, mince ou ondulé (ex. Cola crispiflora).
La corolle est absente chez les Sterculiées. L'androcée ne comprend qu'un seul rang, et les étamines ne sont jamais entièrement libres; elles sont fasciculées chez Nesogordorua et Leptonychia, connées en collerette courte ou infundi-buliforme chez les Byttnériées, urcéolée chez Waltheria, jumelées chez Theobroma, insérées sur un androgynophore chez Triplochiton, unies en androphore dans les fleurs ♂ des Sterculiées. Dans les autres sous-familles, les cinq pétales ont généralement une préfloraison tordue lorsqu'ils sont laminés; chez les Byttnériées, ils sont plutôt cucullés et juxtaposés, adhérents latéralement chez Byttneria et Scaphopetalum, très réduits chez Leptonychia. La base du pétale est onguiculée et le sommet orné d'un appendice chez Byttneria grossedenticulata.
Le filet est simple et grêle chez Leptonychia, très bref chez Nesogordonia, nul chez les Scaphopetalum, les Byttneria et les Sterculiées, curieusement bifide enfin chez Triplochiton.
L'anthère est habituellement typique avec deux loges parallèles extrorses. Certains cas font exception: il y a trois loges chez Byttneria grossedenticulata; les loges sont souvent opposées et à déhiscence latérale chez les Leptonychia; elles sont désunies et distribuées sans ordre chez les Sterculia, séparées l'une de l'autre chez Triplochiton, organisées en couronnes ou en phalanges chez Cola, Chlamydocola, Tarrietia et Pterygota. Les staminodes sont absents chez les Sterculiées et chez Waltheria. Chez les Leptonychia, les fascicules staminaux comportent des staminodes qui sont des étamines avortées. Lorsque les staminodes alternent avec les étamines, ce sont des ornements toujours stériles, longs chez Theobroma, laminés ou pétaloïdes chez Triplochiton et Nesogordonia, très réduits chez Scaphopetalum.
Ovules à placentation axile, en deux séries, 2-30 par loge d'ovaire; deux ovules à placentation basilaire chez Waltheria.
Ovaire syncarpe (Byttnériées), ou apocarpe (Sterculiées, Mansoniées). Styles tantôt plus ou moins libres, tantôt entièrement soudés. Stigmates ponctiformes (ex. Cacaoyer), ou charnus (ex. Cola). Le fruit est variable, souvent 5-carpellé. Les pièces florales sont marcescentes-persistantes chez Waltheria. Les carpelles sont libres et plus ou moins déhiscents (follicules des Sterculiées), parfois soudés et plus ou moins déhiscents (capsule des Byttneria, Leptonychia, Scaphopetalum, Nesogordonia), parfois libres et ailés (samare monosperme des Tarrietia; carpelles samaroïdes chez Triplochiton); fruits bacciformes ou cabosse chez le Cacaoyer.
La graine est arillée chez Leptonychia, Scaphopetalum et Byttneria; elle est ailée chez Pterygota et Nesogordonia; il y a un albumen chez Sterculia, Pterygota, Eribroma, Tarrietia, Chlamy-docola, Leptonychia, Waltheria et Nesogordonia; l'albumen est très réduit chez Theobroma; il est nul chez Cola et Octolobus.

Distribution

Africa:, Gabonpresent Afrique: present Amazone: present Amérique tropicale: present Cameroun: cultivated
Sur 65 genres existants, 13 sont spontanés au Gabon. Parmi ceux-ci, 6 sont exclusivement africains. Aucun genre n'est endémique du Gabon. 56 espèces ont été inventoriées pour la flore gabonaise; 15 parmi celles-ci ne sont connues d'aucun autre pays, et 9 autres ont une aire de répartition qui ne déborde que de peu les limites du Gabon.

Le Cacaoyer, Theobroma cacao L., appartient à cette famille. Il est originaire d'Amérique tropicale et croît toujours spontanément dans le bassin de l'Amazone. Il fut introduit vers 1822 à San Thomé et planté au Cameroun en 1884. Son extension au Gabon date du début du vingtième siècle. Cette espèce ne se multiplie pas spontanément en Afrique, aussi ne la citons-nous que pour mémoire malgré sa grande importance économique.

Uses

Le Colatier, Cola nitida, est peut-être la Sterculiacée la plus connue de tous, au moins par ses graines dont il est fait une grande consommation en Afrique. Le Colatier est principalement cultivé dans l'Afrique de l'Ouest. Au Gabon il n'est jamais spontané; mais les « noix de cola » qui donnent lieu à un commerce important, ont des noms usuels dans tous les dialectes.

Parmi les Sterculiacées spontanées d'intérêt pratique, il faut noter le Faux-Colatier, pour sa graine, ainsi que certains arbres d'usage courant comme l'Ogoué, l'Obéché et le Kotibé. Divers ruits sauvages ont les graines ou la pulpe du fruit comestible (certains Cola, Sterculia, Tarrietia). Certaines écorces fibreuses sont utilisées pour faire des liens (Ezelfou, Orendé). Les fleurs, des couleurs rarement vives, ne sont pas ornementales, mais les fruits sont parfois décoratifs (certains Cola ou Sterculia).