Simaroubaceae

Primary tabs

Simaroubaceae

Dispersal

Au point de vue de la répartition entre les domaines chorologiques de la Région guinéo-congolaise les espèces se distribuent ainsi:
Espèces plurirégionales.Harrisonia abyssinica,
Brucea antidysenterica et Brucea guineensis.
Endémiques régionales.Hannoa Klaineana.
Endémiques inter-domanialesDomaine libéro-ivoréen et Domaine camerouno-gabonais.Nothospondias Staudtii.
Endémiques inter-domanialesDomaine camerouno-gabonais et Domaine congolais.Quassia africana,
Hannoa ferruginea (Montagnes du Cameroun).
Endémiques domanialesDomaine libéro-ivoréenGymnostenon zaïzou,
Pierrodendron Kerstingii.
Endémiques domanialesDomaine camerouno-gabonaisIridosma Le-Testui,
Odyendyea gabonensis.
Endémiques domanialesDomaine congolais.Hannoa longipes.


Le domaine camerouno-gabonais se singularise par la présence de deux genres endémiques Odyendyea et Iridosma. Le domaine libéro-ivoréen par le seul genre Gymnostemon.

Bark

Les écorces sont amères et sont quelquefois utilisées comme fébrifuges (Quassia amara introduit, Q. africana).

Wood

Les bois des deux seules espèces de grands arbres sont blancs et tendres (Hannoa Klaineana, Odyendea gabonensis).

Description

Les bois des deux seules espèces de grands arbres sont blancs et tendres (Hannoa Klaineana, Odyendea gabonensis). Les écorces sont amères et sont quelquefois utilisées comme fébrifuges (Quassia amara introduit, Q. africana).
Les folioles des Pierrodendron, Hannoa, Odyendyea sont d'un type très particulier; Les 6 espèces gabonaises de Simaroubacées ont toutes des feuilles composées imparipennées non stipulées, parfois très grandes (Nothospondias, Pierrodendron). Un caractère générique de différentiation peut se trouver dans la préfloraison des pétales dans le bouton: imbriquée (Odyendyea, Hannoa, Nothospondias), tordue (Pierrodendron, Quassia), valvaire (Iridosma). le limbe est coriace et la nervation, parfois imprimée, est dans tous les cas peu apparente ou même quasi invisible (Odyendyea). Le rachis des feuilles de l'arbuste Quassia africana est ± ailé.
Les Simaroubacées se divisent fondamentalement en deux groupes selon que les carpelles sont soudés ou non. Dans le cas le plus fréquent, il y a 4-5 carpelles libres, mais unis dans le bouton jusqu'à donner l'apparence d'être soudés. Ils donnent naissance à des fruits apocarpiques qui, par avortement des carpelles, ont souvent l'aspect de fruits simples résultant du développement d'un seul des 4-5 carpelles. Chez le seul Harrisonia abyssinica, qui pourrait se rencontrer au Gabon, les carpelles sont soudés entre eux.
Si les carpelles sont libres, les 4-5 styles sont cependant soudés ou au moins agglutinés, et ressemblent ainsi à un style commun. Les carpelles sont uniovulés.
Les fleurs sont hermaphrodites ou polygames. Les fleurs sont 4-mères ou 5-mères. Les calices sont toujours petits, cupuliformes, courtement ou à peine lobés. Pétales libres, soudés à la base d'un disque. Elles se groupent en deux catégories d'après les étamines. C'est un caractère remarquable chez certains genres de Simaroubacées que les filets des étamines sont pourvus à leur base de petites languettes poilues (Odyendyea, Hannoa, Pierrodendron, Quassia, Iridosma). Seul au Gabon le genre Nothospondias fait exception, de même Brucea. Il est donc très facile au Gabon de reconnaître par ce caractère floral une Simaroubacée. Les étamines, aux filets toujours libres, sont en nombre variable: deux fois plus nombreuses que les pétales (8-10, Odyendyea, Hannoa, Quassia, Nothospondias), en nombre égal (4, Brucea), ou plus de 2 fois le nombre des pétales (15-18 Pierrodendron africanum). Le genre Iridosma se singularise avec (7) 8 pétales et 12-13 étamines.
Celui-ci est souvent développé en forme de coussin et porte le gynécée. Parfois il est plutôt déprimé en son centre et apparaît annulaire (Hannoa, Pierrodendron).
Les fruits (méricarpes) sont des drupes, parfois grosses (Odyendyea, Pierrodendron).

Distribution

Afrique orientale: present Amérique tropicale: present Cameroun: present Guinée espagnole: present Iridosma: present Nothospondias: present Odyendyea: present Pierrodendron: present d'Afrique occidentale: present néotropical: present région soudano-zambézienne: present
Cette famille est représentée au Gabon par 6 genres d'arbres et d'arbustes, chacun n'y comptant qu'une seule espèce.

4 d'entre eux sont exclusifs de la forêt guinéo-congolaise (Odyendyea, Pierrodendron, Iridosma, Nothospondias), Hannoa est commun à cette région et à la région soudano-zambézienne. Le genre Quassia est néotropical, avec l'unique espèce guinéo-cong-laise Q. africana et son congénère Q. amara en Amérique tropicale.

2 autres genres, paléotropicaux ceux-ci, pourraient en outre se rencontrer au Gabon, parce qu'ils existent dans des pays voisins, mais ils n'y ont pas été encore signalés. Il s'agit tout d'abord d'Harrisonia abyssinica Oliv., arbuste épineux, buissonnant ± sarmenteux, polymorphe, commun dans une grande partie de l'Afrique tropicale en dehors de la région guinéo-congolaise, mais pénétrant sur ses lisières, dans les fourrés littoraux et dans des brousses secondaires. En outre, deux espèces voisines d'arbustes du genre Brucea, B. antidysenterica Lam. et B. guineensis G. Don, sont plutôt d'Afrique occidentale ou d'Afrique orientale, mais ont été reconnues au Cameroun et en Guinée espagnole.