Polygala arenaria

Primary tabs

Polygala arenaria

Description

Herbe annuelle dressée, 5-40 cm; tige grêle, à croissance sympodiale, pseudo-di- ou trichotomiquement ramifiée, se terminant apparemment en une inflorescence et la croissance se poursuivant par des branches latérales dépassant généralement l'axe primaire, à pubescence crépue à presque étalée. Feuilles alternes; pétiole 1-3 mm, à pubescence crépue; limbe linéaire-elliptique à oblancéolé, 10-60(-80) × 2-20 mm, cunéé à la base, subaigu à arrondi au sommet, à pubescence crépue dense à glabrescente sur les deux faces. Inflorescence: racèmes denses terminaux, souvent globuleux-ovoïdes, 1,5-3 cm de diamètre; pédoncule 10-30 mm, à pubescence crépue comme le rachis; bractées lancéolées, 1,5-2 mm de longueur, généralement pubescentes, persistantes; bractéoles idem, mais 1-1,25 mm de longueur. Fleur blanche, orange mat, lilas à pourpre pâle; pédicelle 2-3(-5) mm, généralement à pubescence crépue; sépale supérieur caréné, 2-2,5(-3) × 1 mm, pubescent ou glabrescent, sépales ailés suborbiculaires à obliquement elliptiques, (4-)5-7 × (2,5-)3-5(-5,5) mm, courtement onguiculés, faiblement pubescents, sépales extérieurs inférieurs carénés, 1,2-2 × 1-1,25 mm, libres; pétales supérieurs obliquement elliptiques, étranglés sous la moitié basale, (2-)2,5-3 × 1-1,5 mm, carène 2,5-3 × (1-)1,5-2 mm, crête 1-2 mm de longueur, fimbriée; étamines 8. Fruit aplati, largement ovoïde, (2,5-)3-4 × 2-3 mm, émarginé au sommet, étroitement ailé sur 0,2-0,3 mm, cilié. Graine ovoïde-ellipsoïde, 2-2,5 × 1-1,25 mm, pilosité d'un blanc soyeux; caroncule subsymétrique, 0,5-0,75 mm de longueur, avec 3 petits appendices.A
A. Marc S.M. SOSEF, Miguel E. LEAL, Diosdado NGUEMA, Raoul NIANGADOUMA, Henri Paul Bourobou BOUROBOU, Thomas NZABI, Dorothea BEDIGIAN, Jorge PAIVA & John Michael LOCK 2011: FLORE DU GABON, 42 Aizoaceae, Aristolochiaceae, Gnetaceae, Hypericaceae, Lecythidaceae, Pedaliaceae, Polygalaceae, Turneraceae, Xyridaceae. – Margraf Publishers, Weikersheim & Backhuys Publishers, Leiden

Distribution (General)

largement répandue à travers l'Afrique tropicale: Mauritanie, Ethiopie et Soudan, Mali, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée, Sierra Leone, Burkina Faso, Ghana, Côte d'Ivoire, Togo, Bénin, Nigeria, Cameroun, Gabon, République Centrafricaine, Congo (Brazzaville), République Démocratique du Congo, Angola, Burundi, Ouganda, Kenya, Tanzanie, Mozambique; au Gabon: Estuaire, Ogooué-Maritime, Nyanga, Ogooué-Ivindo et Haut-Ogooué.B
B. Marc S.M. SOSEF, Miguel E. LEAL, Diosdado NGUEMA, Raoul NIANGADOUMA, Henri Paul Bourobou BOUROBOU, Thomas NZABI, Dorothea BEDIGIAN, Jorge PAIVA & John Michael LOCK 2011: FLORE DU GABON, 42 Aizoaceae, Aristolochiaceae, Gnetaceae, Hypericaceae, Lecythidaceae, Pedaliaceae, Polygalaceae, Turneraceae, Xyridaceae. – Margraf Publishers, Weikersheim & Backhuys Publishers, Leiden

Uses

La sève de la plante est pressée dans les yeux pour soigner les maux de tête. Les feuilles écrasées sont utilisées comme cataplasme des pustules de la variole. La poudre des feuilles sèches et la sève des feuilles fraîches sont appliquées sur les plaies. Les racines sont considérées comme fétiche. Les cendres mélangées à l'huile de ricin sont frottées sur la bouche ou mises dans la bouche pour lutter contre des morsures de serpent.C
C. Marc S.M. SOSEF, Miguel E. LEAL, Diosdado NGUEMA, Raoul NIANGADOUMA, Henri Paul Bourobou BOUROBOU, Thomas NZABI, Dorothea BEDIGIAN, Jorge PAIVA & John Michael LOCK 2011: FLORE DU GABON, 42 Aizoaceae, Aristolochiaceae, Gnetaceae, Hypericaceae, Lecythidaceae, Pedaliaceae, Polygalaceae, Turneraceae, Xyridaceae. – Margraf Publishers, Weikersheim & Backhuys Publishers, Leiden