Ritchiea

Primary tabs

Ritchiea

Description

Petits ou grands buissons , arbustes, parfois lianes, inermes, décidus ou sempervirents, glabres sauf sur les inflorescences; tronc parfois finement scabre du fait des aspérités épidermiques, lenticelles souvent nombreuses et bien visibles. Feuilles alternes, disposées régulièrement ou non le long des pousses, simples et courtement pétiolées ou bien composées et longuement pétiolées, 1-5-foliolées. Limbe entier, glabre, papyracé ou coriace. Pétiolules courts, nettement articulés à la base. Pétiole non ou faiblement articulé à la base. Stipules libres, fines, très peu visibles, tôt flétries. Inflorescence en racème pauci-ou pluriflore, souvent corymbiforme à la floraison, terminal ou subterminal sur les jeunes rameaux ou, rarement, quelques fleurs sur des pousses axillaires condensées apparaissant sur le vieux bois; axes le plus souvent à base défeuillée, à croissance limitée. Bractées florales très petites, en général simples, sessiles, stipulées lancéolées et tôt caduques. Stipules très réduites souvent marcescentes. Fleurs hermaphrodites, actinomorphes, souvent mises en évidence par les filets staminaux longuement exserts. Pédicelles nettement articulés à la base. Réceptacle à marges saillantes, vaguement conique, campanulé à cylindrique, papyracé, marcescent, couronné par les sépales; couronne formant un rebord fin et court très peu visible à l'intérieur de la base des sépales et des pétales, près de la marge du réceptacle. Sépales 4, valvaires égaux ou presque, sur la marge du réceptacle, fin, caducs. Pétales 0 ou 4, 8 ou plus nombreux, sur la marge du réceptacle, libres dès la base, entiers ou divisés dans la moitié supérieure, linéaires ou étroits et lancéolés, fragiles, plus longs que les sépales, parfois bien visibles blancs ou jaune pâle, caducs. Androgynophore court et épais, dépassant parfois le réceptacle après l'anthèse, glabre. Étamines , en nombre indéfini ca. 50-110, toutes fertiles (pas de staminodes), libres dès la base, disposées en 2 séries sur un tore net, plus large que le gynophore; filets fins et grêles, irrégulièrement enroulés dans le bouton, égaux ou presque, caducs, laissant des cicatrices nettes sur le tore après leur chute; anthères étroites et oblongues de 2-4 mm, basidorsifixes, labiles. Gynophore grêle, souvent aussi long que les filets staminaux, glabre, devenant épais et lignifié dans le fruit. Ovaire uniloculaire avec 2 ou plus rarement 3 ou 4 placentas pariétaux, cylindrique ou ellipsoïdal, glabre, lisse ou diversement ornementé de rides ou de cannelures, section transversale circulaire, à 4 angles obtus ou un peu renflée sur les flancs. Ovules nombreux en 2 rangs sur chaque placenta. Stigmate sessile ou subsessile, tronqué ou renflé, capité, généralement réduit à marge entière ou vaguement lobée. Fruit bacciforme ou baie de forme variée, oblongue, ovoïde ou ellipsoïde, parfois étranglée entre les graines nombreuses ou non; péricarpe lisse, pelliculeux ou verruqueux, parfois orné de cannelures longitudinales; parois du fruit faiblement coriaces sur le frais. Graines , diamètre de 5-10 mm, subsphériques, remplissant la cavité du fruit, fente du hile peu visible; testa coriace, libre, embryon courbé en arc; graines non ennoyées dans une pulpe mais parfois séparées par de fins dissépiments.A
A. L.E. KERS & B. JONSELL 1973: FLORE DU GABON, 30 CAPPARACEAE, BRASSICACEAE. – PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE PH. MORAT PROFESSEUR AU MUSÉUM OUVRAGE SUBVENTIONNÉ PAR LE C.N.R.S.

Taxonomy

Le genre a été ainsi nommé en l'honneur de Joseph RITCHIE (1788?-1819), explorateur anglais qui a voyagé en Lybie et qui est mort à Murzug dans la Province du Fezzan; ses collections botaniques furent étudiées par R. Brown.B
B. L.E. KERS & B. JONSELL 1973: FLORE DU GABON, 30 CAPPARACEAE, BRASSICACEAE. – PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE PH. MORAT PROFESSEUR AU MUSÉUM OUVRAGE SUBVENTIONNÉ PAR LE C.N.R.S.

Distribution (General)

Ce genre ligneux d'environ 10 espèces est limité à l'Afrique tropicale. Surtout présent dans les zones chaudes et humides, il est rare aux altitudes élevées et ne s'est pas adapté aux régions arides. Sa distribution va des régions Sud du Sénégal et de l''Éthiopie à l'Angola et au Mozambique. La majorité des espèces se trouvent dans la partie occidentale de l'Afrique. Ritchiea est nettement affine de Maerua et de Thilachium genres aux fleurs actinomorphes et aux sépales valvaires. Il existe aussi une étroite ressemblance sur le plan végétatif entre Ritchiea et Euadenia, telle, que des spécimens stériles de ces 2 genres peuvent être aisément confondus. Les fruits de certaines espèces sont tout à fait inconnus. Pour la plupart, les espèces du genre Ritchiea sont encore très mal connues; aussi faudra-t-il encore beaucoup de travaux sur les collections et d'observations de terrain pour parvenir à une taxonomie suffisamment précise de ce groupe. On en connaît 5 espèces au Gabon. La limite Sud de répartition pour 3 d'entre elles (R. erecta, R. simplicifolia, R. macrantha) passe par le gabon; les 2 autres (R. capparoides, R. aprevaliana) sont largement réparties sur ce territoire, principalement à l'Est.C
C. L.E. KERS & B. JONSELL 1973: FLORE DU GABON, 30 CAPPARACEAE, BRASSICACEAE. – PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE PH. MORAT PROFESSEUR AU MUSÉUM OUVRAGE SUBVENTIONNÉ PAR LE C.N.R.S.